Des défis d’écriture face à la variété des lecteurs

Le terrible accident de Fukushima (en mars 2011) et la perspective de l’achèvement prochain, à Flamanville, de la construction du premier exemplaire d’une possible nouvelle série de réacteurs électrogènes (livraison prévue en 2016) constituent une conjoncture particulière pour débattre aujourd’hui de l’avenir de l’industrie nucléaire en France. Pour que cette discussion soit prise en charge par la société la plus large dans un cadre démocratique, les chercheurs susceptibles de participer à l’éclairage des décisions à prendre sentent peser sur eux des exigences, au moins pour ce qui est des chercheurs financés sur deniers publics. Au moment d’aborder des questions comme les caractéristiques du secteur, ses performances, ses risques industriels, quel sens cela aurait-il de le faire avec une langue technique, celle de leur domaine scientifique ou celle des acteurs du secteur, dès lors que cette précision tiendrait à l’écart les citoyens intéressés ? Quelle que soit leur discipline scientifique, il leur faut sortir d’une écriture réservée à leurs pairs, avec ses codes, ses références…

J’y étais bien résolu en entrant dans la préparation de cet ouvrage à partir d’un certain nombre des articles que j’avais publiés sur le sujet dans des revues académiques. Mais Armand Colin a trouvé bon de me le rappeler à sa manière. Tout recours à un schéma technique, à un plan, à un tableau, à un graphique ou même à des photos m’était interdit. Cela tenait-il aux coûts de fabrication associés à pareille insertion d’« objets » dans le texte ? Un texte continu est en effet plus facile à distribuer sur les pages d’un livre. Il est possible que cela fasse partie des justifications de la position de l’éditeur. Mais la principale raison de ce choix me semble à chercher du côté du coût d’entrée dans la lecture que l’éditeur a voulu réduire au maximum par là. Il s’agissait d’éviter que le lecteur potentiel trouve, en feuilletant le livre dans une librairie, des arguments le confortant dans sa perception du secteur nucléaire comme « une affaire de spécialistes ». Grâce à cette vigilance et à ces efforts de reformulation, l’intention de l’ouvrage a peut-être été atteinte. L’expérience de pédagogie de cet univers qu’il propose a peut-être permis au lecteur de « s’y retrouver » dans cet univers complexe. La composition des chapitres et leur enchaînement ont peut-être favorisé la compréhension des conditions dans lesquelles s’exerce l’activité industrielle portée par les travailleurs du nucléaire.

Si tel est le cas, on doit maintenant imaginer le moyen de répondre à la curiosité toujours plus grande du lecteur qui réclame d’être alimenté par de nouvelles informations et d’accéder à plus d’exactitude sur les fonctionnements techniques décrits à mesure qu’il entre en capacité de les comprendre. En jeu dans une telle dynamique, il y a la perspective que ces lecteurs rejoignent les experts du domaine pour se confronter à l’analyse du travail dans le nucléaire. Chacun a d’ailleurs du chemin à faire car le lecteur expert a lui-même pu se sentir dérouté par ce qui lui est donné à lire dans l’ouvrage. Doublement dérouté peut-être même : d’abord par les mots utilisés pour rapporter les pratiques de travail, qu’il ne reconnaît pas comme ceux qu’il juge adéquats pour les avoir toujours employés dans la « tribu » dont il est l’indigène ; ensuite par les récits mêmes de ces pratiques, dont il peut avoir le sentiment de découvrir certaines alors qu’elles se déroulent tout près de lui. Il me faut donc expliquer ici aux lecteurs experts comment j’ai travaillé à décrire leur univers pour le rendre compréhensible sans le trahir mais sans toujours recourir aux expressions qui leur sont familières. Ce sera en même temps une explication utile aux lecteurs prêts à devenir experts pour donner du sens aux écarts de langue qu’ils ne vont pas manquer de percevoir entre cet ouvrage et ceux qu’ils peuvent lire par ailleurs sur cet univers.

Reformuler des expressions indigènes

Si j’ai pris le parti, dans le livre, de formuler en mots simples certaines expressions employées dans l’industrie nucléaire, c’est d’abord pour en faciliter la compréhension. Là-dessus, le nucléaire ne se distingue pas de nombreux autres secteurs techniques : il a produit son propre jargon pour répondre au besoin de désigner de façon répétée certaines situations qui réclameraient sans cela de longues périphrases. Ces explicitations sont pourtant préférables pour s’adresser au lecteur découvrant cet ordinaire et cherchant à en comprendre les chausse-trappes.

Ce souci de reformulation porte aussi sur les expressions qui ont fait l’objet d’un « travail » plus idéologique dans le choix des formules retenues par les acteurs du secteur et dont il est bon de se démarquer dans une souci d’analyse. Elles ne sont pas toujours simples à repérer. Heureusement, leur révision au fil du temps en est souvent un bon révélateur. Ainsi, à Marcoule, l’usine PU (pour plutonium, un composant central des bombes A et H) est-elle devenue UP1 (pour unité de production) quand elle a visé un usage mixte, civil et militaire. De même, les résidus de production ont-ils longtemps été appelés à être « enfouis dans le sol », jusqu’à ce qu’on pense préférable de les « stocker en grande profondeur » pour éviter l’image d’enfers bouillonnants qui était implicitement portée par la première expression[1]. Il en va de même de leur désignation comme « déchets » après celle de « produits de fission » jugée énigmatique et, par suite, inefficace dans l’euphémisation du problème. J’ai signalé p. 23 de l’ouvrage quelques enjeux de tels jeux de labellisation. Des anthropologues ont insisté sur les registres sémantiques dans lesquels puisent ces inventions verbales ou ces détournements de sens pour des mots ordinaires. La contamination assimilée à de la pourriture, l’irradiation comparée à un soleil ou à un point chaud…

On n’est pas loin non plus du syndrome Thomas Diafoirus ! La « fabrication » d’un lexique spécifique au secteur nucléaire ne peut pas ne pas faire penser parfois à la manipulation qui se joue dans la médecine occidentale où fleurissent les inventions verbales à grand renfort de latinisme et où le médecin actualise la légitimité de son expertise pour le patient en employant devant lui un vocabulaire qui lui est totalement étranger, prenant dans le meilleur des cas la peine ostensible de le lui traduire comme pour lui rappeler sa dépendance. Que penser ainsi du mot corium retenu pour désigner le magma résultant de la fusion des éléments du cœur (core en anglais) d’un réacteur nucléaire (combustibles, gaines métalliques…) ? Quel sens donner à son suffixe latin rappelant le tableau de Mendeleïev alors qu’on est loin d’une forme chimique élémentaire ?

Y compris les plus simples

Je retiens que ces mots indigènes peuvent être tout à fait clairs pour ceux qui les emploient quotidiennement et totalement insuffisants pour ceux qui les découvrent et cherchent à bien en comprendre le sens et les enjeux. Ainsi, la distinction entre contamination et irradiation fait l’ordinaire des travailleurs du nucléaire en dépit de son insuffisance analytique : un travailleur du nucléaire fait parfaitement la distinction entre une zone à dangers d’irradiation et une à dangers de contamination au moment de préparer l’intervention qu’il doit y mener. Il sait qu’il va devoir travailler au plus vite dans le premier cas. Il cherchera, au contraire, la plus grande économie d’efforts dans le second dans la mesure où il sera soumis à un équipement beaucoup plus lourd qui rendra chaque geste très pénible. Pourtant, c’est bien de risques d’irradiation qu’il s’agit de se protéger dans les deux cas. La différence porte sur des dommages qui sont induits même sans contact dans le premier cas, et sur des dommages qui valent tant que dure le contact dans le second, particulièrement graves en cas d’incorporation des substances émettrices de rayonnements. J’ai décidé de parler d’irradiation à distance pour désigner ce que les travailleurs nomment simplement irradiation, et d’irradiation par contact pour ce qu’ils appellent contamination (pp. 29-31).

Styliser la structuration de l’espace

De même, zones grises, vertes, jaunes, oranges et rouges, marquées par une signalétique caractéristique, entourée de traits en cas d’irradiations fortes ou de points en cas de contamination forte (images à insérer : http://www.inrs.fr/accueil/risques/phenomene-physique/rayonnement-ionisant/zones-risques.html), font l’ordinaire des travailleurs du nucléaire qui sont exposés aux rayonnements associés à la manipulation de substances radioactives. Dans l’ouvrage, j’ai préféré distinguer seulement deux types de configurations de travail en dehors de celles qui sont totalement ordinaires comme celles que vivent les cuisiniers de la cantine, les employés de l’administration centrale de l’établissement ou bien encore les gardiens des postes d’entrée sur le site… Tout d’abord, celles qui prévalent dans les installations où sont manipulées des substances radioactives derrière des barrières conséquentes qui enferment la totalité de la radioactivité en situation ordinaire : ces zones, dites vertes, sont surveillées pour vérifier qu’aucune radioactivité ne s’échappe mais, si tout va bien, le travail s’y mène comme ailleurs. Ensuite, celles que j’ai appelées zones rouges, sans distinction suivant que les dangers des radiations sont d’un type ou d’un autre, d’une intensité ou d’une autre, voulant surtout souligner le caractère exceptionnel du travail en leur sein : personne n’y intervient sans autorisation ni ne passe jamais la totalité de son temps de travail en « plongée » dans ces lieux. Le choix de la couleur rouge est sans doute approprié pour les lecteurs non spécialistes qui sentent par là qu’il ne s’agit pas de conditions banales de travail. Il est en revanche impropre pour les travailleurs du nucléaire qui ont appris qu’on ne s’aventure dans une zone repérée par un trèfle rouge qu’après qu’elle a été dégradée en zone orange ou jaune par l’abaissement des dangers radioactifs qu’on y rencontre (par vidange de tuyauteries, lavage de parois…). Je pense qu’avec ces précisions, chacune s’y reconnaîtra.

Des « imprécisions » sans effet pour l’analyse

On peut être surpris de lire une présentation du travail en présence de rayonnements radioactifs qui n’explicite pas les types de rayonnements et les lettres grecques utilisées pour différencier (rayonnements alpha, bêta, gamma, X, neutroniques…), qui ne consacre pas plusieurs pages à distinguer doses et débits de doses et à détailler les unités de mesure et les seuils d’exposition légalement acceptables… On pourrait aussi préciser le sens des mesures des rayonnements en tel ou tel point du corps, les mêmes doses n’étant pas susceptibles de produire les mêmes dommages selon les organes qu’elles atteignent. Différents sites Web proposent des détails sur tous ces points. Les explications données dans le livre sont suffisantes pour alerter sur les enjeux de telles précisions. Elles ne les détaillent pas car ce serait sans effet pour l’analyse.

Les rubriques de cette page du site sont appelées à apporter, par rapport au livre, des précisions que j’espère suffisantes, en accompagnement de ce billet qui rappelle les raisons des choix qui ont été faits pour l’écriture de l’ouvrage.


[1] Anne Lauvergeon, La Femme qui résiste, Paris, Plon, Témoignage, 2012, pp. 127-128.

D’autres articles publiés sur cette recherche

Un article revenant sur les différentes postures d’observation directe occupées au cours de la recherche : « Des observations sous surveillance », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 24, septembre 1996, pp. 103-119. Il est en libre accès sur Persee

Un article revenant sur les difficultés du chercheur à produire une analyse quand sa participation à la situation étudiée et la façon d’y occuper une place sature son esprit et ses sens : « Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire », Ethnologie française, 2001, n° 1, pp. 69-80. Il est en libre accès sur Cairn

Un article interrogeant les conditions de la reproduction du groupe ouvrier dans le secteur nucléaire à travers la trajectoire non linéaire d’une lignée de travailleurs du nucléaire : « Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main-d’œuvre à la fabrique d’un destin social territorialisé ? », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, n° 76, 2005, pp. 71-92. Il est en libre accès sur le site des Cahiers d’économie et de sociologie rurales

 

 

Travailler dans le nucléaire

Ce carnet de recherche accompagne la publication de l’ouvrage Travailler dans le nucléaire. Enquête au cœur d’un site à risques, paru chez A. Colin en avril 2012. Il met à disposition des lecteurs des documents complémentaires et des réactions à cette publication
Il proposera des photos d’installations nucléaires et de travailleurs en tenue de travail, des schémas présentant sommairement les lieux dans lesquels se produisent les incidents présentés au fil des chapitres et susceptibles de faciliter la compréhension de certains lecteurs ayant envie de suivre le détail de la séquence, des tableaux et graphiques tirés des dépouillements quantitatifs de dossiers du personnel pour caractériser la main-d’œuvre étudiée dans le livre.
Il proposera aussi des liens vers les articles que j’ai publiés sur l’enquête qui sert de base au livre et que je n’ai pas repris dans l’ouvrage
Enfin, il s’agira de mettre à disposition certaines réactions à cette publication comme les comptes rendus qui en seront faits.