D’autres articles publiés sur cette recherche

Un article revenant sur les différentes postures d’observation directe occupées au cours de la recherche : “Des observations sous surveillance”Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 24, septembre 1996, pp. 103-119. Il est en libre accès sur Persee
Résumé : Borner l’interprétation des matériaux d’enquête recueillis par différentes formes d’observation directe dans un centre nucléaire passe par une réflexion en situation ou après coup plutôt qu’a priori. D’une part, mettant en perspective les différentes phases d’observation dans l’histoire de la recherche, resituées dans la chronique de toutes les étapes de l’enquête et dans la transformation, à mesure, de l’axe de recherche. D’autre part, portant une attention systématique aux façons – très diverses selon le type d’observation directe – qu’ont les enquêtés de percevoir l’observateur, qui engagent leurs manières de se présenter à son regard.
Summary : Limiting the interpretation of survey material obtained through different forms of direct observation in a nuclear power plant requires reflection in the course of the survey or afterward rather than
a priori. First of all, it entails achieving an overview of the various observation phases in the history of the research, reconstructed in a chronology of the survey stages, and of the gradual change in the direction of the research. Secondly, it involves paying systematic attention to the ways of perceiving the oberver – quite varied according to the type of direct observation – that affect the way those surveyed present themselves to the oberver’s gaze.

Un article revenant sur les difficultés du chercheur à produire une analyse quand sa participation à la situation étudiée et la façon d’y occuper une place sature son esprit et ses sens : “Attention dangers ! Enquête sur le travail dans le nucléaire”Ethnologie française, 2001, n° 1, pp. 69-80. Il est en libre accès sur Cairn
Résumé : L’industrie nucléaire est souvent fermée au projet d’investigation des sciences sociales et à sa mise en œuvre dans les formes conventionnelles du questionnaire, de l’entretien ou du dépouillement d’archives. À partir de notes d’observation portant sur le travail de salariés exposés aux dangers radiologiques, l’article montre que la démarche ethnographique, quand elle est possible, ne va pas non plus sans problème : du côté de l’interprétation cette fois, ceci étant lié au contexte d’incertitude, de risque, qui pèse sur l’observateur autant que sur l’observé. La difficulté du travail d’observation n’est toutefois pas un obstacle définitif à tout projet de connaissance en ce qu’elle dit pour partie la difficulté même du travail industriel qu’il s’agit d’appréhender. Et la participation de l’observateur à ces situations délicates apparaît après coup comme une sorte d’expérience initiatique ouvrant sur un mode de communication nouveau avec les collègues de travail, qui permet un certain contrôle des interprétations.
Summary : Nuclear industry often closes itself to research projects of the social sciences and to their realization by means of conventional tools such as questionnaires, interviews and the study of archives. On the basis of the observation covering the work of employees exposed to the risks of radiation, the article shows that an ethnographical procedure, where possible, is not without problems either, this time in terms of interpretation because of the context of uncertainty and risk which weighs on the observer as much as on those observed. The difficulty of observational work in this case, however, is not an absolute hindrance to any kind of knowledge, partly reflecting, as it does, the very difficulty of industrial work which is to be investigated. The participation of the observer in such delicate situations appears, in hindsight, as a kind of initiation into a new way of communicating with colleagues at work, which permits a certain control of the interpretations.

Un article interrogeant les conditions de la reproduction du groupe ouvrier dans le secteur nucléaire à travers la trajectoire non linéaire d’une lignée de travailleurs du nucléaire : “Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main-d’œuvre à la fabrique d’un destin social territorialisé ?”Cahiers d’économie et de sociologie rurales, n° 76, 2005, pp. 71-92. Il est en libre accès ici
Résumé : L’implantation d’une industrie nouvelle en zone rurale suscite mécaniquement une structuration de la main-d’œuvre et une structuration de l’espace résidentiel suivant le type de logements construits pour l’accueillir. Si l’on se donne le temps d’observer ces structurations, on les voit s’infléchir sous l’effet des propriétés sociales de ceux dont elles organisent les conduites. Mais la lecture qu’en font les acteurs sociaux eux-mêmes ne change pas forcément. Il leur semble que les référents qu’ils prennent pour décider de leur action sont permanents, attachés au territoire d’installation. C’est cette perception du territoire qui est au cœur de notre article. Il s’appuie sur une enquête de terrain dans une zone marquée par l’implantation d’un site nucléaire. L’analyse d’une destinée familiale atypique révèle cet attachement ordinaire – et ordinairement invisible – des acteurs à des repères territorialisés : dans cette famille, la reproduction intergénérationnelle des positions sociales n’a pu se faire qu’au prix d’un éloignement du fils, vécu comme une crise. Cette crise ne provient pas d’un simple sentiment de trahison vis-à-vis d’une entreprise paternaliste peinant à assurer l’emploi des descendants, ni d’un ancrage familial profond pris à revers par une restructuration économique. Il apparaît plutôt, dans cette destinée, que le lien au territoire sert de médiatisation dans l’appréciation des destins sociaux par les acteurs impliqués.
Summary : The setting up of a new sector plant in a rural district automatically induces new patterns of labor categories and residential space according to the type of housing provided. If we examine these patterns over time, we can observe that they change because of the changing social properties of new generations of actors. But the way social actors perceive these patterns often doesn’t change. It seems that for them the points of reference they use to decide about action are permanent, stable and anchored in their territory. This article focuses on this perception of territory and is based on field research in a district around a new nuclear plant. We examine in detail a special family history that reveals actors’ normal – but normally invisible – attachment to reference marks anchored in territory : in this family, the intergenerational reproduction of social position was only possible because the son left the area, which was extremely painful for the parents. Their suffering was not due merely to a sence of betrayal with respect to a paternalist firm struggling to assure employment for the new generation. Nor was it a matter of deep territorial anchorage of the family, broken by economic restructuring. It seems rather that it was their sense of positive or negative social destiny, which was mediated by their ties with the territory. So we can speak about a territorial shaping of social trajectories.

Un article capitalisant la réflexion sur les jeux générationnels rencontrés à l’occasion de cette recherche : « Le travail des générations : confronter des présents décalés », in Anne-Marie Arborio et al. (dir.), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, Coll. Recherches, 2008, pp. 113-129. Il est en accès restreint sur Cairn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *